On a (enfin !) lu One Punch Man

OPM

Véritable tsunami au pays du Soleil Levant, One Punch Man est enfin disponible chez nous ! Mais pourquoi c’est bien au fait ?

 

One Punch Man ? Mais c’est quoi ?

 

One Punch Man est à la base un webcomic dessiné et écrit par ONE (un japonais de 28 ans et c’est tout ce qu’on sait de lui). Diffusé sur le site personnel de l’auteur depuis le 3 juin 2009, la popularité est telle que les visites sur le site de l’auteur avoisinaient les 20000 par jour ! Il était donc logique que ce succès ne demeure pas cantonné à la gratuité des internets. Et c’est comme ça que notre ami ONE est contacté par Yusuke Murata, connu pour être le créateur de la série Eyeshield 21, pour lui proposer une collaboration. C’est donc en 2012 que la série est « rebooté » pour le magazine Tonari no Young Jump de la puissante maison d’édition Shueisha. ONE reste le scénariste mais c’est Murata qui prend la plume. A nouveau le succès est au rendez-vous et la série se retrouve en librairies et adaptée en dessin animé en hiver 2015. Pour couronner le tout, cela fait maintenant des mois que la popularité de One Punch Man a dépassé les frontières de l’archipel nippon et il était donc totalement logique de le voir se retrouver dans nos kiosques et c’est après des âpres négociations que Kurokawa le propose enfin depuis la semaine passée à la vente pour le marché francophone.

 

 

Ca raconte quoi ?

 

Petit-Coeur ? C'est toi ?

Petit-Coeur ? C’est toi ?

Notre histoire débute par l’apparition sur notre vieille Terre d’un monstre gigantesque. Cet être détruit tout sur son passage, il se dit né de la pollution des hommes et doit donc les exterminer jusqu’au dernier. One Punch Man intervient à ce moment-là et lui assène un coup fatal, puis se lamente : « J’ai encore rétamé mon adversaire d’un seul coup de poing ! C’est nuuuuuuul !! »

Et c’est ainsi que nous voyageons trois ans dans le passé, alors qu’il n’est qu’un chômeur bien habillé pour un entretien d’embauche, Saitama tombe sur la route d’un monstre-crabe digne des plus mauvais films d’horreur. Ce dernier essayer de tuer un gamin qui il lui a dessiné des tétons au feutre indélébile sur sa carapace. Dans un élan de courage (stupidité ?), Saitama se jette à son secours. Il se souvient alors que sa vocation n’est pas de finir comme un de ses nombreux « salary-men », mais de devenir un super-héros. Une fois le crabe vaincu, il commence à s’entraîner intensément durant trois années pour devenir le plus grand pourfendeur de vilains que la Terre ait connu : One Punch Man.

 

 

 

Et c’est bien ?

 

Encore un manga de baston allez-vous me dire ? Et bien non ! One Punch Man est unique et arrive à s’affranchir des règles du genre. Pourtant l’idée moteur de l’histoire est très simple : le personnage principal, Saitama, est doté d’une si grande force que chacun de ses ennemis est éliminé en un seul coup. À partir de là, une ribambelle de monstres en tout genre, tous plus puissants les uns que les autres s’acharne sur notre héros et sa ville. Et le résultat sera encore et toujours le même…Les méchants se feront tous rétamer par un personnage principal qui n’a de cesse de s’enfoncer dans l’ennui au fil de ces combats expéditifs.

Et c’est justement dans la personnalité du héros que réside tout le sel de ce manga : alors que le monde est en perpétuel danger et n’a de cesse d’être agité par d’épiques combats opposant des héros au charisme ravageur à des méchants ultra-badass ; le personnage principal, le plus puissant d’entre eux, ressemble à une loque humaine plus motivé par les promotions sur les légumes que par un combat avec un mutant échappé d’un laboratoire ou le Roi du peuple des mers. Cela en fait un personnage totalement improbable : à la fois héros par excellence, puisque invincible et pourfendeur des forces du mal ; et anti-héros, car dépourvu du moindre charisme. Sentiment totalement renforcé par le dessin de Murata. Lors des phases d’action, Saitama devient sur-expressif alors que notre héros fait ses courses, il est dépeint avec trois traits digne des plus belles têtes à Toto.

Mais plus que le dessin, c’est l’écriture et les nombreuses références qui jalonnent le manga qui lui confèrent son âme et déjà son statut d’oeuvre culte. Egratinant 50 ans de pop-culture nippone, on se surprend souvent à reconnaître une référence ou l’autre et à se marrer comme un con. DragonBall, l’Attaque des Titans ou même encore les sentaïs (des séries de super héros japonais qui ont, entre autres, inspiré la série Power Rangers), tout y passe et le mieux, c’est que c’est jamais lourd ! Et comme pour corroborer son ton, notre héros est une parodie d’un personnage cultissime au Japon : Anpanman, un personnage pour les petits enfants.

Anpasaitama

On inverse les couleurs et hop !

 

One Punch Man est LA sortie manga de ce début 2016, un poing, c’est tout !

 

Nicolas

Nico, 27 ans, touche-à-tout professionnel depuis 15 ans. Je n'ai pas vraiment de spécialité, je m'intéresse vraiment à tout. (et peut-être même à ta soeur). Sinon, j'aime les FPS, les (MMO)RPG, les STR, les simulations, bref, tout ! (Sauf Dark Souls, c'est trop dur !)

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *