Nostalgeek : La saga Shenmue

shenmue

 

L’annonce récente de Sony du retour de cette arlésienne du jeu vidéo a suscité beaucoup d’émoi dans le monde des gamers. Mais la jeune génération ne connait pas (encore) ce petit chef d’oeuvre, je me devais donc de les éduquer. Aujourd’hui, je vous parle de la saga Shenmue !

 

SHENMUE 1

 

Ryo Hazuki, notre héros
Ryo Hazuki, notre héros

Retour en 1999 ! Yu Suzuki, un concepteur de jeu japonais, est désireux de créer un RPG inspiré de la série Virtua Fighter. Il part donc en Chine dans le but de créer un Virtua Fighter RPG pour la Sega Saturn. L’arrivée de la Dreamcast change tout et le jeu prend une autre direction. Et c’est en cette dernière année du 20eme siècle que sort au Japon une petite pépite : Shenmue. Ce jeu d’aventure-action raconte l’histoire de Ryo Hazuki, un jeune garçon parti venger la mort de son père qui fut assassiné sous ses yeux. L’action prend place dans la ville japonaise de Yokosuka. Le système de jeu, est à l’époque, totalement révolutionnaire. Il offrait une (presque) totale liberté d’action aux joueurs. Laché dans un terrain de jeu immense, nous étions libre de faire ce qu’on voulait. Envie de rusher l’histoire ? Aucun soucis mais vous perdiez beaucoup à le faire tant la ville nippone proposait un paquet d’activités diverses. Vous trouvez que la série des GTA vous offre des choix ? Attendez de lire ceci ! Dans Shenmue, vous pouviez vous balader en rue, rentrer dans la grosse majorité des bâtiments, jouer à des jeux pour gagner des petites figurines (des gashapons), adopter un animal, demander votre chemin aux passants (et ils vous emmenaient des fois là où vous le désiriez en faisant la causette en chemin) ou même regarder les horaires de bus pour pouvoir circuler de façon écologique ! (A l’heure et sans gréve en plus !)… Et j’en oublie un paquet ! Des possibilités qui, à l’heure actuelle, n’ont encore jamais été égalées par un autre jeu !

Et que je parle des autres jeux, vous aimez les fameuses QTE (Quick Time Event) ? Si vous les détestez, vous devez en vouloir à Shenmue tant le jeu abuse de ce concept dans une partie des combats (l’autre partie ressemblant furieusement à Virtua Fighter) et a clairement posé les bases de ce système. Le reste du gameplay, par contre, est excellent (bien qu’il ait mal vieilli). Et la cerise sur le gâteau dans tout ça ? C’est que l’histoire qui enrobait toute cette liberté était extrêmement bien écrite. Mature, cohérente, qui traitait de sujets rarement évoqués dans le jeu vidéo sans faire un déballage excessif de violence.

Les jouets qu'on peut gagner sont pour la plupart des personnages SEGA.
Les jouets qu’on peut gagner sont pour la plupart des personnages SEGA.

Et est-ce que ce jeu a marché ? Absolument pas ! Réalisé à la base pour relancer les ventes de la Dreamcast, le prix du développement atteint en fin de projet la modique somme de 47 millions de dollars (ce qui en fera pendant un moment, je jeu vidéo dont la réalisation la plus coûteuse). L’accueil de la presse fut pourtant plus qu’élogieux, les journalistes vantant la liberté et la maturité du jeu mais les joueurs ne suivront pas… Il réalisera des scores honorables aux USA mais se cassera la gueule en Europe et au Japon. Au final, le jeu n’est pas rentabilisé et les ventes de la console de Sega ne décollent pas. Plusieurs raisons peuvent expliquer cet échec. Le premier (et le plus « drôle ») était que même si chaque détenteur de Dreamcast avait acheté le jeu, la réalisation n’aurait pas été rentabilisée. De plus, la campagne marketing fut fort discrète et le jeu bénéficia d’une sortie à la limite de la confidentialité… Et si on couple ces éléments avec le fait que le jeu ne fut jamais traduit dans de nombreuses langues (le français par exemple), on obtient un échec commercial.

 

Mais que cela ne tienne, comme chacun sait, SEGA, c’est plus fort que toi et le studio japonais se mit à créer une suite.

 

 

SHENMUE 2

 

Bienvenue à Hong Kong !
Bienvenue à Hong Kong !

Yu Suzuki voulait développer son histoire de vengeance sur un total de 16 chapitres. Le premier ayant été traité dans Shenmue I, il fallait donc s’attaquer à la suite. Ce qui nous emmène en 2001, le 6 septembre pour être précis. Cinq jours avant que les deux tours ne s’effondrent, un autre « deux » fait l’effet d’une bombe… Shenmue II sort ! Toujours développé et édité par Sega pour la Dreamcast, ce jeu (qui sera un des derniers à sortir sur la console de Sega) regroupe les chapitres 2, 3, 4, 5 et 6 de la quête vengeresse de notre ami Ryo Hazuki. Et c’est ainsi que nous quittons le mystérieux Japon et sa ville de Yokosuka pour se retrouver à Hong Kong l’énergique.

Pas de gros changements au niveau de gameplay sauf que nous y retrouvons plus de QTE pour des combats encore plus dynamiques. Au niveau du contenu par contre, c’est clairement la fête ! Plus vivant, plus complet, plus libre et encore plus long ! Le joueur a plus que l’embarras du choix aux niveaux des activités. En plus de ses grandes qualités graphiques et de ses textures plus fines, le jeu est également beaucoup plus dynamique. Jusqu’à 60 PNJS (Personnage Non Joueur) vivent par quartiers, ce nombre est juste impressionnant pour l’époque et pousse la Dreamcast dans ses derniers retranchements. Le jeu se voulant le plus réaliste possible, vous devrez travailler pour vous payer votre loyer. Vous pourrez donc gagner des sous en jouant à des jeux de hasard ou encore débuter une carrière dans le transport de palettes ou travailler comme rabatteur pour une salle d’arcade.

Les critiques sont encore plus enthousiastes que pour le premier épisode. Louant à nouveau son univers dense, ses graphismes lechées et soulignant au passage la musique. Par contre, au contraire du premier opus, Shenmue II se vendra bien mieux. En cause, l’excellente réputation de la saga depuis le premier du nom. Il s’en vendra un bon petit paquet au Japon et en Europe. Presque partout sauf aux USA ou le jeu ne sortira pas sur Dreamcast, Microsoft ayant acheté les droits du diffusion pour en faire une exclusivité pour sa XBOX  première du nom sur le territoire américain. Cette édition américaine se veut un tantinet plus belle aux niveaux des graphismes et corrigeaient quelques bugs (De plus, elle offre actuellement  la chance d’être retro-compatible et d’être jouable sur une XBOX 360). Malheureusement, malgré les bonnes ventes, le projet n’est pas rentable et Sega ne semblait pas pressé à sortir la suite. Pourtant, Shenmue III fut annoncé en novembre 2001 mais le projet ne fut plus évoqué à part par quelques bruits de couloirs. Jusqu’à… Maintenant !

 

 

 

SHENMUE 3

 

Et c’est ainsi que quatorze longues années plus tard, Sony lâche une véritable bombe à L’E3. Shenmue 3 sortira ! Présenté par une petite vidéo dans laquelle Yu Suzuki, le créateur de la franchise présente le projet et annonce le début du développement. Mais à la surprise générale, la sortie sera effective seulement si un kickstarter de plus de deux millions de dollars arrive à son but. C’est une seconde surprise tant la popularité de la franchise dans le cœur des joueurs est conséquente et aurait du motiver les éditeurs à financer le projet. Suzuki justifie ce choix par le fait d’avoir un plus gros pouvoir décisionnel dans le processus créatif du jeu et de faire intervenir de façon régulière les joueurs dans les choix effectués par l’équipe de développement.

Notre mission était donc simple, trouver deux millions pour financer la suite d’une des sagas les plus plébiscités du « dixième art »… Et la mission était tellement simple que le plafond a été atteint en moins de 24 heures (et en devenant le deuxième projet ayant le plus vite atteint le million d’euro) !

Et malgré les doutes, votre serviteur a investi !
Et malgré les doutes, votre serviteur a investi !

A l’heure où j’écris cet article, le projet est arrivé à la modique somme de 3,5 millions… Et les gens commencent à se poser des questions… Alors que nous approchons tout doucement des quatre millions, Suzuki a rajouté des paliers de financement. Et si on rajoute ça à l’annonce récente dans laquelle le créateur déclare que lorsque le kickstarter sera arrivé à onze millions, le jeu sera open-world, le développement semble un peu bancal. Est-ce un manque de vision globale ? De développement sur le long terme ? Le jeu semble promettre beaucoup et essaye de marchander avec les joueurs… Vous voulez un open-world ? Donnez ! Vous voulez un arbre de compétences ? Donnez ! Tout ce que trouvez de base dans un jeu classique, vous voulez le retrouver dans Shenmue 3 ? Donnez également ! Bref, c’est assez bizarre alors que nous savons que Sony (et d’autres investisseurs -inconnus actuellement-) investissent dans le projet, exclu -temporaire- oblige. Alors pourquoi donner alors ? Tout simplement pour enfin retrouver cette ambiance unique qu’on ne trouve que dans les Shenmue. Plus qu’un jeu, cette saga était un réel dépaysement, un véritable voyage encore jamais retrouvé depuis le second volet.

Alors retrouvera t’on un jour le père de Ryo Hazuki ? Est-ce que la suite de cette quête sera aussi bien que son introduction ? Est-ce que cela sera bien pour fin 2017 ? Tant de questions qui ne trouveront de réponses que dans quelques mois… Mais bon, après presque quinze ans d’attente, nous attendrons bien encore quelques mois, non ?

 

 

 

 

Nicolas

Nico, 27 ans, touche-à-tout professionnel depuis 15 ans. Je n'ai pas vraiment de spécialité, je m'intéresse vraiment à tout. (et peut-être même à ta soeur). Sinon, j'aime les FPS, les (MMO)RPG, les STR, les simulations, bref, tout ! (Sauf Dark Souls, c'est trop dur !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :