Michael Bay : Art de l’arnaque ou vrai réalisateur ?

Si il y a bien un réalisateur décrié pour le moment, c’est Michael Bay. Servant de cible aux critiques les plus acerbes, je m’y suis un peu intéressé pour savoir « pourquoi autant de haine ? ».

Qu’est-ce que ce monsieur a fait au cinéma pour mériter une telle lapidation ? Je vais donc essayer d’y répondre !

 

michael-bay-explosion

 

Films faciles, placements de produits, explosions à foison, scénarios inexistants et surtout une ode à la gloire américaine permanente. Voilà les reproches qui lui sont le plus souvent adressés. Face à tous ces défauts, on pourrait supposer que le petit Michael aurait dû être privé de caméra et envoyé dans une mine de sel, eh bien détrompez-vous ! Malgré les échecs critiques, il s’agit du quatrième réalisateur le plus rentable de l’Histoire (et les calculs ne prennent pas encore en compte les recettes du dernier Transformers).

Est-ce que le public est crétin à ce point ? Je ne pense pas. Une des grandes forces de Bay, c’est qu’il réalise son film comme un gosse de 6 ans joue aux petites voitures. On a tous eu, étant gamin, ces moments de pur délire, où l’on jetait ses jouets en l’air en se faisant des scénarios totalement rocambolesques (Mais si, vous voyez ! Ces moments où l’on prenait une voiture où l’on prenait un dinosaure comme conducteur et qu’on devait faire une course contre un hélicoptére en lego piloté par Spiderman !). Et bien ici, c’est pareil, Michael se fait plaisir, se lâche totalement, le scénario est idiot ? YOLOOOO ! Rien à foutre, on rajoute des explosions, des cascades et des nanas sexys et les gens payeront pour aller voir ça, les gens aiment bien les explosions et les boobs !

Ca peut paraitre très réducteur expliqué comme ça mais c’est tellement vrai, Bay a compris ce que les gens ont envie de voir au cinéma, du spectacle et c’est tout ! Il suffit de se pencher un peu sur sa filmographie. Mis à part The Island, aucun de ces films ne poussent une réflexion très profonde, c’est les gentils contre les méchants, point !

Et soyons honnêtes, à part certaines critiques qui aiment taper sur ce qui est populaire, qui n’a jamais pris du plaisir en regardant un de ses films ? Bad Boy est-il un mauvais film ? Armageddon est-il un mauvais film ? Pas du tout, ce sont certes des films « faciles » mais jamais mauvais, on y retrouve toujours ce savant dosage entre romance, humour, explosion et émotion qui fait que sans être exceptionnel, cela passe toujours bien. Finalement, Michael Bay, c’est le fast-food du cinéma moderne, on sait ce qu’on va avoir, on s’attend pas à la super qualité mais on finit quand même par tout bouffer avec les doigts et avoir de la sauce plein la gueule !

Ce qui est amusant dans ces derniers films, c’est qu’il assume pleinement son rôle de « Entertainment », il suffit de regarder le dernier « Transformers » pour s’en rendre compte, un personnage dit  cette phrase absolument géniale « Le cinéma maintenant, c’est n’importe quoi, ce ne sont que des reboots et des suites de films ». Comment ne pas sentir toute l’autodérision de cette phrase ? Surtout que la boite de production de Bay est spécialisée dans les reboots… Ce type est juste un génie, il sait parfaitement quoi faire avec ses films, il sait ce que ses fans attendent et il leur servira exactement ça. Et pendant que les critiques essayeront de le descendre, lui, de son côté, se fera des millions de recette et se baladera aux coins du monde pour les promotions de ces œuvres.

Merci pour lui !

Nicolas

Nico, 27 ans, touche-à-tout professionnel depuis 15 ans. Je n'ai pas vraiment de spécialité, je m'intéresse vraiment à tout. (et peut-être même à ta soeur). Sinon, j'aime les FPS, les (MMO)RPG, les STR, les simulations, bref, tout ! (Sauf Dark Souls, c'est trop dur !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :