Les Fant4stiques

Les Fant4stiques : sous cette typographie de folie se cache-t-il un bon film ou un reboot médiocre ?

Carte d’identité

Date de sortie:
5 août 2015
Réalisateur : 
Josh Trank
Acteurs :
Miles Teller
Kate Mara
Michael B. Jordan
Genre :
Action, Fantastique

 

Petit résumé (légers spoils)

Après avoir construit un module de téléportation dans leur garage à l’âge de 12 ans, le petit Reed Richards et son copain Ben Grimm se font remarquer lors d’un concours de sciences au lycée. Le téléporteur a évolué et permet maintenant de ramener la matière ce qui vaut a Reed d’être recruté par le professeur Storm pour porter son invention à une plus grande échelle. C’est alors qu’on apprend que le téléporteur ne relie pas 2 endroits sur Terre mais relie plutôt la Terre à une autre planète baptisé pour l’occasion planète Zéro. Reed Richards est alors intégré à une équipe de 3 autre joyeux drilles : Sue Storm, Johnny Storm, Victor Von Doom, en charge tous les 4 de développer une sorte de navette de téléportation pour explorer ce nouveau monde.

Le projet avance bien et un premier « vol » habité par un singe est réalisé sans encombre. Le moral est donc au beau fixe jusqu’à ce que les dirigeants de l’entreprise pilotant le projet décident que les 4 ingénieurs n’iront pas sur la planète zéro. Cette expédition va être confiée à la NASA privant de gloire les 4 génies. Abattus par la nouvelle, il décident de boire un peu et d’utiliser le téléporteur avant qu’il ne leur soit confisqué. Reed demande alors à son meilleur ami et soutien Ben Grimm de l’accompagner dans l’aventure. C’est ainsi que Victor, Johnny, Ben et Reed (Sue étant absente à ce moment) se retrouvent sur la planète Zéro.

Comme téléportation et alcool ne font jamais bon ménage, nos jeunes intrépides s’attardent un peu trop sur la planète, captivés par une forme d’énergie nouvelle. Cette sorte de matière verte réagit aux stimulus et semble présenter un potentiel phénoménal. Victor, le plus dérangé des quatre se risque à plonger sa main dans une flaque de matière. Evidemment ça ne se passe pas très bien et les astronautes en herbe se voient dans l’obligation de regagner le vaisseau à toute vitesse. Dans l’affolement, Victor (toujours le même) est happé par l’énergie et reste sur le carreau. La navette réussi à regagner la terre tant bien que mal à l’aide de Sue qui s’est aperçu de la boulette pendant ce temps.

Le téléporteur.

Durant le transport, l’ensemble du groupe (dont Sue) a été exposé aux rayonnements de l’énergie, ce qui leur confère à tous les fameux pouvoir que nous connaissons tous. Dès leur retour, les 4 sont retenus par le gouvernement qui leur promet de les soigner s’ils « coopèrent ». En réalité, il s’agît surtout pour le gouvernement d’exploiter l’énorme potentiel militaire qu’offre cet énergie d’un genre nouveau. Un autre vaisseau va donc être construit et une nouvelle expédition menée.

Evidemment, lors de la deuxième expédition, Victor est retrouvé totalement métamorphosé et franchement grincheux. Je n’irai pas plus loin dans le résumé mais vous aurez compris que Victor ne souhaite pas que du bien à notre chère planète bleue, ce qui n’est pas au goût des 4 fantastiques s’il en est.

La pellicule entre deux sièges

Si une chose est certaine sur ce film, c’est que les critiques acerbes à son sujet fusent du côté de la presse comme du côté des spectateurs. Et pourtant, contre l’avis général, je trouve que tout n’est pas à jeter !

Les fant4stiques n’est pas un mauvais film. C’est un film inégal.

On ne va pas se le cacher, certains passages sont longs, voire très longs. Si l’on évite les longues tirades patriotes coutumières des films de super héros,  on n’échappe pas au cliché du petit génie qu conçoit une techno dans son garage en 10 min avec un trombone et le toaster de sa grand mère. Vous allez me dire que c’est également le cas chez les Starks (ceux de Long Island pas de Winterfell) ce qui ne rend pas la série des Iron Man mauvaise pour autant. Oui. Certes. Mais là c’est pas Tony Stark ! Robert Downey Junior est tellement insolent et les technologies présentées sont tellement irréalistes que le spectateur ne ressent jamais un décalage entre le réalisme de l’univers et le fun apporté par la science fiction. A aucun moment Iron Man ne se prend au sérieux, et par conséquent nous non plus. Ici c’est totalement différent. On voit nettement que l’objectif de Josh Trank est d’ancrer le film dans un univers mature et réaliste. La réalisation est assez noire et les personnages sont loins d’être des héros, les rendant ainsi plus accessible. Ce parti pris est tout à fait louable mais malheureusement réalisé maladroitement. Ainsi, on a l’impression que le film n’arrive pas à choisir entre maturité et émerveillement whatTheFukeste, créant parfoir un vrai malaise.

Le trou noir.

En dehors de cela, la narration présente quelques nouveautés comme la répartition du temps de pellicule entre la découverte des personnages et leurs péripéthies. Le schéma classique des Marvel est généralement autour des 30%-70% alors qu’ici c’est l’inverse. A titre d’exemple, entre l’arrivé du méchant et le dénouement, il ne doit s’écouler qu’une trentaine de minute grand maximum. C’est en partie cette répartition qui explique les mauvaises critiques du film. Très souvent le seul argument pour le qualifier de mauvais se résume à « C’est nul ya pas assez de baston ! », ce qui est regrettable. Passé la première impression de lenteur, il est possible d’apprécier le film et même d’être surpris parfois. Nous parlions tout à l’heure du traditionnel combat entre les forces du bien et le grand méchant du film : Fatalis. Même si son apparition est relativement courte, elle est très efficace et nous arrive en pleine face en comparaison du rythme plutôt timide du reste du film. Fatalis est particulièrement soigné et a le mérite de ne pas perdre de temps en badinage. Le mec débarque sur terre et dans la minute qui suit il a fait frire la tête d’un bonne trentaine de soldats et a même le temps de créer un trou noir !

En conclusion

Les fant4stiques n’est pas à jeter. Il a le mérite de proposer quelque chose de différent des schémas traditionnels de Marvel même si ce n’est pas toujours très réussi. Pour moi, ce reboot est plus plaisant que le film original même s’il colle moins à l’univers du comics, notamment lors de l’acquisition des pouvoirs.  Il est tout à fait possible de l’apprécier pour peu que l’on imagine le film comme une gigantesque introduction des 4 fantastiques dans l’univers Marvel. C’est d’ailleurs une des convictions affichées par le réalisateur.

Ah oui j’allais oublier ! IL N’Y A PAS DE SCENE POST-GENERIQUE ! L’explication officielle de cet ignominie donnée par Josh Trank est que comme il s’agît d’un reboot, il faut considérer le film comme étant la scène post-générique !

Si vous avez la possibilité de le voir pour quelques euros, foncez ! Sinon passez votre chemin. Vous aurez l’occasion de voir les 4 fantastiques dans un des nombreux autres films à venir.

 

 

 

Antoine

J'aime goûter à tout ! Que ce soit en musique, en cinéma, ou en jeu vidéo, j'aime découvrir de nouvelles choses. C'est d'ailleurs souvent un problème car je fini rarement les jeux. D'ailleurs, si vous vous apercevez que j'ai fini un jeu, c'est qu'il vaut le coup d’œil !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :