Le Muggle quidditch

qui

Aujourd’hui, on quitte nos ordinateurs pour parler de… sport ! Et de Quidditch plus précisément.

Quand la fiction n’est plus

 

Xander Manshel

Xander Manshel

Véritable phénomène littéraire et culturel de ces dernières années, la saga Harry Potter de J.K. Rowling a réussi à construire un véritable univers avec ses codes, ses lieux et ses activités. Et quand on parle d’activité Potterienne, le mot qui revient immédiatement dans la tête des fans de la saga est bien évidemment le Quidditch. Dans les romans, le Quidditch est un sport propre aux sorciers qui a la même popularité que le football dans notre monde réel. Se jouant sur des balais volants avec différentes balles, il était difficile de s’imaginer que ce sport pouvait être transposable à la réalité… Et pourtant ! Des fans des livres ont eu un jour l’idée d’adapter les règles. C’est comme ça qu’en 2005, au Middlebury College (Vermont), naissait le Muggle quidditch (ou quidditch moldu pour les francophiles) de l’imagination de Xander Manshel. Ce jeune homme créa une équipe avec quelques amis à lui et organisa un match au sein du campus de son université. De suite, le sport plut et attira d’autres joueurs. Le succès est tel que d’autres universités américaines suivirent et développèrent leurs propres équipes et c’est ainsi, que dans la foulée, une association de quidditch américaine se forma.

Depuis les équipes n’ont eu de cesse de se multiplier et de nombreuses fédérations nationales ont vu le jour et c’est maintenant plusieurs milliers de joueurs qui se passent le souafle à travers le monde le balai entre les jambes. Maintenant doté d’une fédération internationale, d’un livre de règles (qui en est à sa neuvième version), le Muggle quidditch dispose même de sa Coupe du Monde. Au début cantonnée aux USA (qui ont néanmoins accueilli des équipes du Canada, du Mexique et même de Finlande), elle s’est bien vite ouverte aux autres pays. Pour couronner le tout, de nombreuses compétitions ont également vu le jour comme la Coupe d’Europe ou encore les Jeux d’Été.

Quelques des différentes fédérations existantes

Quelques des différentes fédérations existantes

 

 

Et on joue comment ?

Comme dit plus haut l’absence de magie dans notre monde a nécessité quelques aménagements pour que le tout soit jouable par le commun des mortels mais l’essence du jeu reste fort identique aux livres. Il se joue sur un terrain rectangulaire aux coins arrondis avec 3 anneaux de chaque côté, quatre balles (trois cognards et un souafle) et deux équipes de sept joueurs. Comme dans le football américain, chaque joueur a un rôle prédéfini, rôles qui sont aux nombres de quatre et repérable via des bandeaux de couleur.quid

  • Les poursuiveurs (3 par équipe, bandeau blanc) : Ils doivent se passer le souafle jusqu’au camp adverse et tenter de marquer en le lançant à travers un des trois anneaux de l’équipe adverse. Un but, par devant OU par derrière, rapporte 10 points. Ils s’occupent également d’un certain travail défensif en gênant les poursuiveurs adverses pendant leur phase offensive.
  • Les batteurs (2 par équipe, bandeau noir) : Ils sont là pour défendre et gêner les adversaires pour permettre une récupération du souafle plus rapide. Pour ça, ils se servent des cognards en les lançant sur les joueurs adversaires. Un joueur touché est considéré comme désarçonné, doit retirer son balai d’entre les jambes et retourner toucher ses goals pour pouvoir revenir en jeu. Fait notable, vu qu’il y a trois cognards, une équipe en a toujours deux ce qui lui donne un avantage sur l’autre.
  • Le gardien (1 par équipe, bandeau vert) : Comme dans tous les autres sports de balle, le rôle du gardien est le plus simple, il doit défendre ses anneaux face aux poursuiveurs adverses. Dans sa zone de but, il est totalement immunisé contre les cognards et ne peut pas subir de plaquage. En revanche, dés que le gardien sort, il est considéré comme poursuiveur et peut subir les coups de cognards mais peut également marqué.
  • L’attrapeur (1 par équipe, bandeau jaune) : Son rôle est déterminant, il doit tenter d’attraper le Vif d’or. Si il y arrive, il fait gagner 30 points à son équipe et met également un terme au match.

mg_4574Vous avez bien lu, j’ai bien parlé de balai et de Vif d’or et ce sont deux des grosses particularités du Muggle quidditch. Comme dans les livres, les joueurs doivent jouer en permanence avec un balai entre les jambes (ou des tuyaux en PVC). Si le joueur le fait tomber par mégarde, il est également considéré comme éliminé et doit aussi aller toucher ses anneaux. Quand au Vif d’or, vu qu’il est impossible actuellement d’avoir une balle qui vole toute seule, il s’agit d’un joueur neutre qui portera une balle de tennis dans une chaussette (souvent jaune) et qui doit faire son possible pour empêcher les attrapeurs de l’attraper. Il est le seul joueur à ne pas avoir de balai ce qui lui confère une plus grande liberté de mouvement.

On se retrouve donc avec un sport de contact assez explosif (pas d’arrêt de jeu sauf en cas de blessure ou de décision arbitrale -sur une faute par exemple) qui mélange le rugby, le handball et le dodgeball.

 

 

C’est pour qui ?

 

Il s’agit d’un sport pour tout le monde. Fan d’Harry Potter ou pas, tout le monde y trouve son compte. Plus que n’importe quel autre sport, la mixité est mise en avant avec « la régle des genres ». Cette règle interdit à une équipe de jouer avec plus de quatre personnes du même genre sur le terrain (Et je parle bien de genre, pas de sexe). Bien loin de l’image « d’activité geek » que certains médias et personnes peuvent donner, il s’agit d’un véritable sport qui requiert des entraînements réguliers et une certaine discipline de jeu pour espérer pouvoir faire des résultats. Et même si certaines personnes se moquent encore de temps à autre de ce loisir, il faut souligner qu’à l’heure actuelle, presque toutes les plus prestigieuses universités américaines ont une équipe de Muggle quidditch. Et les matchs attirent de plus en plus de spectateurs dépassant même régulièrement les audiences du football…

Franchement, ils ont pas l'air heureux d'être là ?

Franchement, ils ont pas l’air heureux d’être là ? Les Gryffins – Equipe Nationale Belge

Alors ? Envie de sauter le pas ? Il suffit de prendre contact avec les différents fédérations de votre pays ou de votre région qui se feront un plaisir de vous aiguiller vers le club le plus proche de chez vous.

Pour la France : LIEN

Pour la Belgique : LIEN

 

 

 

 

 

Nicolas

Nico, 27 ans, touche-à-tout professionnel depuis 15 ans. Je n'ai pas vraiment de spécialité, je m'intéresse vraiment à tout. (et peut-être même à ta soeur). Sinon, j'aime les FPS, les (MMO)RPG, les STR, les simulations, bref, tout ! (Sauf Dark Souls, c'est trop dur !)

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *