La fin des conventions « asiatiques »

Sans titre-2

Et si les conventions du style « Japan Expo » étaient appelées à disparaître ? Impossible ? Pas si sûr !

C’est un secret pour personne, la France (et la Wallonie) sont friands du Japon. Que cela soit son histoire millénaire, son art de vivre, son taux de suicide atrocement élevé ou encore sa pop-culture acidulée, tout le monde y trouve un peu son compte. Mais est-ce que ces salons peuvent continuer ? Le succès est-il assez fort pour pérenniser ? Je ne crois pas et ces raisons sont multiples :

 

  • Le manque d’invités japonais :

Vu la position géographique et les risques de contamination nucléaire, tout le monde ne peut/veut se rendre sur l’archipel nippon, il serait donc intéressant pour les organisateurs du salon de faire venir des vrais professionnels de la profession et ainsi de proposer des opportunités uniques pour les fans. Mais malheureusement, ce n’est pas possible. Un mangaka populaire qui met une série populaire en pause pour des raisons de santé est déjà mal vu… Alors imaginez si il le fait pour aller taper la bise à des français ? Pour ce qui est des groupes musicaux, c’est encore pire. Car entre les musiciens, leurs maquillages, leurs coiffeurs et leurs instruments, ça représente un coût bien trop élevé. La seule solution est d’avoir une chance incroyable au niveau du calendrier pour pouvoir goupiller un show entre deux dates en Europe.

Alors mis à part un obscur groupe de J-Pop (qui sera forcément trop cool parce qu’il est japonais) ou un mec qui décalque du « Naruto » pour en faire des animes, n’espérez pas avoir Toriyama qui vous dessinera un petit Vegeta dans votre carnet d’autographes à côté de la signature de Mickey.

J'ai pas d'image à mettre alors je met ce gif

J’ai pas d’image à mettre alors je met ce gif

 

  • Des youtubeurs comme invités

Forcément, à défaut d’invités nippons, il faut quand même avoir quelques têtes connues pour que le chaland débourse ses 15€ de droit d’entrée (50€ si il veut le pass ultra-VIP). Il y a quelques années, un génie a décidé d’inviter des youtubeurs. D’un point de vue marketing, l’idée est géniale, ces gens touchent plusieurs centaines de milliers de personnes, on économise donc sur la pub et sur les invités, elle est pas belle la vie ?

Par contre, niveau cohérence avec le thème « asiatique » on oublie directement. Je cherche encore le rapport entre le joueur du grenier et le Japon. Le retro-gaming ? Faux quand on sait que le retro n’est pas du tout développé au Pays du Soleil Levant. Un gout vestimentaire douteux ? J’avoue que c’est la solution qui me semble la plus logique. Mais ce n’est pas le seul… Il n’est pas rare de voir des gens qui font des vidéos sur Minecraft (J’ai toujours trouvé qu’inviter des gens qui font des vidéos sur un jeu de construction à un salon dédié à un pays qui n’a pas su construire correctement ses centrales nucléaires est un peu trollesque mais passons…).

D'accord, on peut construire des temples sur minecraft... Mais autant inviter des architectes et des maçons alors, non ?

D’accord, on peut construire des temples sur minecraft… Mais autant inviter des architectes et des maçons alors, non ?

 

 

  • Le manque d’activité culturelle

L’évocation du mot Japon évoque une multitude de choses pour l’esprit un brin ouvert. Des films de Kurosawa en passant par les estampes de Hokusai, des écrits de Nishida aux œuvres plus récentes de Murakami ou encore l’art presque divin de la calligraphie, l’archipel a offert, et offre encore, au monde une culture riche et fascinante. Mais malheureusement, la populace ne retient que ses mangas et les Pokémons. Et à nouveau, les organisateurs l’ont bien compris. Si vous espérez vous initiez au shōgi ou découvrir la beauté abstraite de l’ikebana, ce sera au fond du pavillon 14 entre les poubelles et les toilettes sur un « espace culture » de 10m².

Par contre, si vous voulez surpayer une peluche Pikachu dans un des nombreux stands, vous pouvez le faire de bon cœur ! Le salon vous offrira une multitude de petites échoppes qui se ressemblent toutes pour vous ponctionner jusqu’au dernier centime. C’est ici qu’on découvre toute la magie de ses salons, payer un droit d’entrée pour vous permettre de dépenser vos sous… Et le pire, c’est que ça marche…

Tu veux apprendre le go ? C'est juste derrière ce tas

Tu veux apprendre le go ? C’est juste derrière ce tas

 

  • La concurrence avec les autres salons « geeks »

Il est maintenant établi qu’il n’est plus « has-been » d’être geek, c’est même plutôt assez cool ! Et la culture geek est vaste, riche et variée. Il était donc normal de voir naître de nombreux autres salons. Comics, cinéma ou beaucoup encore plus généraliste, les thèmes de ses nouvelles conventions touchent presque le même public que les salons « japonisants ». De par leurs affiches moins restreintes, elles peuvent se permettent plus de folies et de liberté dans l’organisation et le choix des invités sans nuire à la crédibilité de l’ensemble.

Alors évidemment, la multiplication des salons n’est pas une si bonne chose que ça. Devant tant de possiblités, des choix doivent se faire. Et lorsqu’on claque un demi SMIC dans un cosplay sur eBay, il est difficile d’avoir un budget pour aller se pavaner dans plusieurs salons.

Evidemment... Quand on claque 600€ dans un costume comme ça...

Evidemment… Quand on claque 600€ dans un costume comme ça…

 

  • Les Free Hugs

Concept aussi japonais que les moules-frites, le Free Hugs est le cancer de toutes ces conventions. Il est difficile de faire quelques pas sans se faire sauter dessus par une gamine pré-pubère en manque d’affection. Alors oui, c’est amusant et tout ça… Mais imaginez vous flâner dans des allées aussi larges que les tranchées de l’Yser en 14, vous venez de faire trois heures de file pour un sandwich à 17€ sans crudités et là, surgit devant devant-vous des groupes d’adolescent qui se sautent dessus pour se faire des étreintes en gloussant comme des dindes dans un abattoir trois jours avant Noël… Amusant non ?

Et vu la gueule de certains… Encore heureux qu’ils sont gratuits…

Ils peuvent avoir mes câlins mais ils n'auront jamais ma virginité !

Ils peuvent avoir mes câlins mais ils n’auront jamais ma virginité !

 

 

 

Et vous ? Vous en pensez quoi ?

Nicolas

Nico, 27 ans, touche-à-tout professionnel depuis 15 ans. Je n'ai pas vraiment de spécialité, je m'intéresse vraiment à tout. (et peut-être même à ta soeur). Sinon, j'aime les FPS, les (MMO)RPG, les STR, les simulations, bref, tout ! (Sauf Dark Souls, c'est trop dur !)

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *