JoyJoy

Petit dernier de chez  Radiangames, JoyJoy ! Bon jeu ou mauvaise pioche, la réponse dans ce test !

Carte d’identité

JoyJoy

Type :
Shoot’em up
Éditeur:
Radiangames
Date de Sortie :
15 mai 2014
PEGI : Grand public
Plateformes :
playstore_icon apple_store icon

Radiangames est une société de production de jeux vidéos spécialisée dans les jeux mobiles. Le petit dernier du studio, JoyJoy est un shoot’em up pour smartphones et tablettes. Pour ceux qui ne saurait pas ce qu’est un shoot’em up, l’exemple le plus connu de ce genre de jeux est Space Invaders. Si vous ne voyez toujours pas, cliquez sur le lien présent dans la carte d’identité (il est là pour ça après tout). joyjoy

JoyJoy est donc un shoot’em up sans scrolling. C’est à dire que notre vaisseau évolue dans un espace fermé (un rectangle) et que les vagues d’ennemis successives apparaissent à l’intérieur de ce rectangle. A nous de les éviter et de leur tirer dessus afin de les détruire jusqu’au dernier (d’où le nom du genre). On dispose pour cela de 2 joysticks (d’où le nom du jeu), un à gauche pour se diriger, et un à droite pour viser. Pour viser… oui et non. JoyJoy a la particularité d’utiliser un autofire d’une part, mais surtout un système de visée automatique. Votre vaisseau cible tout seul l’ennemi ou le projectile le plus proche. Le gameplay en est donc grandement affecté puisqu’il ne s’agit plus de tirer sur les ennemis mais bien de les éviter. On a donc affaire plutôt à un « Dodge them all » qu’à un Shoot’em up.  Au départ violemment sceptique quant à ce système je m’y suis finalement habitué. Certes il est vrai que dans les niveaux de difficultés inférieures l’autofire est tellement rapide qu’il suffit de se poser dans un coin pour passer le stage, mais ce système à l’avantage de produire un titre avec une grande jouabilité. Beaucoup de concurrents mobiles se sont déjà cassés les dents sur ce genre de jeux et il faut bien avouer que JoyJoy passe le test sans problème.
Screenshot_2014-06-22-14-50-34

Ces bases posées, on enchaîne simplement les vagues d’ennemis jusqu’à ce que mort s’en suive et ce à travers 7 niveaux de difficultés. Au bout d’un certain nombre de vagues, un boss fait son apparition. C’est l’occasion pour nous de nous servir un peu plus de notre joystick de visée. Seul le boss est présent à l’écran et il est souvent avantageux de tirer directement dessus en évitant les balles (contrairement à l’autofire qui vise aussi les projectiles).  En parlant de projectiles, 6 armes différentes sont présentes dans notre arsenal. On peut changer d’arme a tout moment mais seulement 2 s’avèrent vraiment utiles. Dernier élément de gameplay : le mode ultrafire. Il est disponible dès que notre jauge de kill est assez remplie. En pressant ce bouton notre vaisseau tire beaucoup plus vite mais est incapable de bouger. Ce principe est assez bien vu puisque l’on est obligé de faire un choix entre esquiver et bourriner en espérant que ça passe !

Côté graphisme, c’est plutôt joli et dans la lignée des autres titres de Radiangames. C’est sobre, très sobre… Cela permet d’avoir une action toujours lisible mais cela devient vite monotone et ce n’est pas le swap color évoluant au fil des vagues qui nous ravira les yeux.

En bref : Screenshot_2014-06-22-14-49-17

JoyJoy peine à séduire malgré quelques bonnes idées, une identité visuelle et une fluidité à toute épreuve. La durée de vie est très courte (2-3 h) et aucune progression ne nous est proposée. Aucune amélioration d’armes, aucun environnement différent, un bestiaire peu fourni… Même lors des challenges, il s’agit bien souvent d’un niveau déjà effectué dans le mode normal … Ce n’est pas une catastrophe, loin de là, mais je préfère économiser 1,46€ pour m’acheter des titres excellents comme Icebreaker ou encore Out There.

seal-of-disapproval

L’avis d’Antoine :

JoyJoy est un peu limité… On y joue 5 min quand on a rien a faire mais ça s’arrête là. Et je ne parle même pas du scénario qui est inexistant. Je le conseille seulement à ceux qui veulent découvrir le genre.

Antoine

J'aime goûter à tout ! Que ce soit en musique, en cinéma, ou en jeu vidéo, j'aime découvrir de nouvelles choses. C'est d'ailleurs souvent un problème car je fini rarement les jeux. D'ailleurs, si vous vous apercevez que j'ai fini un jeu, c'est qu'il vaut le coup d’œil !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :