Interview de eBoy

Venez découvrir eBoy, ces maîtres du pixel art, à travers une interview exclusive !

EBY-MarseillePoster-30k1

eBoy est l’oeuvre de 3 artistes qui se spécialisent dans le pixel art. Ils sont célèbres en particulier pour leurs pixoramas, qui sont des représentations de villes à travers un poster réalisé en pixel art. Ils ont fait des posters de Berlin, Londres, Tokyo, Marseille (ci-dessus) et d’autres. Ces temps-ci, ils travaillent sur le pixorama de San Francisco, qu’ils ont fondé sur Kickstarter.

 

Le pixel art était emblématique des premiers jeux vidéos, mais a été largement abandonné avec les progrès technologiques. Ces dernières années, nous avons vu une réapparition de ce style avec des jeux tels que Terraria, FEZ, Hotline Miami, Shovel Knight, … qui sont classifiés de « rétro ». Que eBoy_iocroyez vous est la raison derrière ça ? Pensez-vous que c’est une bonne chose ?

 

Ce sont certainement les jeux mobiles qui ont rendu le pixel art à la mode. Pour les développeurs, il y a d’excellents outils pour travailler dessus, les pixels sont vifs et colorés et il est facile de travailler avec. Les graphismes sont très différents selon qu’ils soient rendus depuis la 3D ou dessiné à la main spécifiquement pour un écran numérique. Le pixel art a un aspect qu’il est difficile de reproduire par d’autres moyens. Et oui bien sûr, c’est une bonne chose !

 

Vous avez travaillé sur des petits jeux auparavant tels que Fix Pix. Avez-vous considéré travailler sur des plus gros jeux, peut-être en collaboration avec des studios de jeux vidéos pour les parties hors de votre zone d’expertise ?

 

Nous sommes toujours intéressé par des projets coopératifs.

 

Votre projet actuel a été financé sur Kickstarter. Comment se passe t-il ? Est-ce que le fait d’avoir utilisé ce mode de financement changé votre manière de travailler ? Pensez-vous faire appel au financement participatif dans le futur ?eboy_panel

 

Le Pixel Poster de San Francisco est notre premier projet fondé par financement participatif pour l’instant – et cela ce passe si bien que nous lancerons sans aucun doute de nouveaux projets dans e futur. L’opportunité de lever un budget dans les phases initiales d’un projet signifie que nous sommes maintenant capables de réaliser des projets par nous même. Auparavant nous devions souvent attendre de voir si nous pouvions réaliser un autre projet commercial dans la ville du poster. Cela prenait juste trop de temps et coûtait trop cher de commencer un projet sans aucune forme d’avance. Mais Kickstarter est juste un outil parmi les nombreux que nous essayons d’utiliser. Nous faisons toujours des commandes, des coopérations, des choses juste pour le fun, et perdons joyeusement notre temps dans des projets complètement inutiles.

 

Quels sont vos projets après San Francisco ?

 

eboy_snowmanPeut-être Moscou ou Hong Kong – nous travaillons aussi sur une nouvelle base de données qui nous espérons contiendra tous nos travaux. Vous pouvez trouver une première version en cours de développement sur eboy.io.

 

Avez vous des conseils que vous aimeriez partager avec les personnes souhaitant se lancer dans le pixel art ?

 

Commencez petit, créez de petits objets – combinez les par la suite si vous le souhaitez. Examinez attentivement les oeuvres qui vous plaisent. Le pixel art est facile à déchiffrer. Si vous vous en sentez capable et avez le temps, vous pourriez décrire une image, pixel par pixel, au téléphone.

 

Et pour les plus expérimentés, pouvez-vous nous dire quels outils vous utilisez ? A quoi ressemble votre processus créatif ?eBoy-sf

 

Nous utilisons l’outil pinceau de Photoshop et beaucoup, beaucoup de calques. En plus de ça, nous utilisons parfois des outils 3D comme SketchUp ou Blender. Et nous avons joué avec Unity – parfait pour créer des jeux et des applications interactives.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :