Crypt of the NecroDancer

Aujourd’hui on s’aventure dans la crypte la plus animée au monde, où même les morts se réveillent pour danser…

Crypt of the NecroDancer - Ecran titre

Carte d’identité
Crypt of the NecroDancer - Logo

Crypt of the NecroDancer

Type : roguelike, jeu de rythme
Éditeur : Brace Yourself Games
Date de Sortie : 23 Avril 2015
PEGI :
Plateformes :

Windows-icon ps3-icon apple_store icon

Crypt of the NecroDancer est un jeu indépendant sorti en Avril 2015 et développé par Brace Yourself Games. Il combine roguelike et jeu de rythme pour créer une expérience unique et prenante. Pour ceux qui ne le savent pas, un roguelike est un type de jeu dont le but est d’explorer des donjons générés aléatoirement, pleins de monstres et de trésors. L’aventure se fait au tour par tour et la mort d’un personnage est permanente. Un exemple classique de roguelike est NetHack, que vous pouvez télécharger gratuitement ici. Des exemples plus récents de jeux qui reprennent certains éléments de roguelike sont Spelunky, The Binding of Isaac ou encore Rogue Legacy. Quand aux jeux de rythmes, l’idée est d’appuyer sur une série de boutons au rythme d’une musique. On notera notamment la série des Guitar Hero ou des Rock Band.Crypt of the NecroDancer - Zone 1

Donc dans Crypt of the NecroDancer, on contrôle un personnage qui doit traverser des donjons générés aléatoirement, remplis de monstres et de trésors. La mort est permanente et nous fait perdre tous nos objets et avancement, mais les parties sont courtes pour compenser. La partie jeu de rythme intervient dans la manière dont est géré le tour par tour. Hors de question de prendre son temps ou d’agir quand on le souhaite, ici il faut suivre le rythme de la musique ! Chaque niveau dispose de sa propre musique avec son propre rythme et la fin de la musique entraîne la fin du niveau et vous fait tomber dans le suivant, que vous soyez prêt ou non. Les parties sont donc des courses endiablées pour ramasser le plus d’or et d’objets avant la fin de la musique. Mais on ne se sent pas pressé pour autant, on est même plutôt détendu, et cela est certainement dû au fait qu’on ne peut littéralement pas aller plus vite que la musique.

Crypt of the NecroDancer - Zone 2La musique étant centrale au jeu, il vaudrait donc mieux qu’elle vaille le coup et qu’on ne s’en lasse pas facilement. Et avec Crypt of the NecroDancer vient trois soundtracks différentes ! Celle par défaut est composé par Danny Baranowsky, qui avait notamment réalisé les soundtracks de Super Meat Boy et The Binding of Isaac. Elle est excellente et donne une vraie personnalité au jeu. Les deux autres sont des remix, mais le jeu offre la possibilité de jouer ses propres MP3s. Donc à moins de n’aimer aucune musique, vous trouverez votre bonheur et ne risquez pas de vous en lasser.

L’univers du jeu quand à lui est complètement déjanté et le scénario du jeu le montre très clairement. Nous incarnons Cadence, une jeune fille à la recherche de son père qui a disparu. Elle tombe éventuellement dans une crypte contrôlé par le NecroDancer. Celui-ci lui vole son cœur (littéralement) et le fait battre au rythme de la musique qu’il joue avec son luth. Cadence doit alors s’aventurer au plus profond de la crypte pour l’affronter et récupérer son cœur. Sur son chemin elle devra affronter les hordes de monstres du NecroDancer, chacun avec leurs propres patterns de déplacement et d’attaque, leurs danses en quelque sorte, au rythme de la musique. Les boss n’échappent pas à cette règle, et on a droit entre autres à un gorille faisant faire des chenilles à des zombies ou encore à un orchestre cherchant à vous noyer. Chaque niveau contient aussi un vendeur d’objets, surnommé Freddie (en honneur à Freddie Mercury), qui semble heureux dans la crypte et chante par dessus la musique, ainsi contribuant à l’ambiance si mémorable de Crypt of the NecroDancer.Crypt of the NecroDancer - King Conga

En conclusion je ne peux que vous recommander ce jeu, il vaut définitivement chacun des 15€ qu’il coûte. Attention toutefois, le jeu est difficile. Vous allez mourir souvent, et donc recommencer du début souvent. Mais bon, entre la génération aléatoire des donjons et la possibilité de jouer la musique que l’on souhaite, on ne s’en lasse pas et on finit éventuellement par devenir bon.

 

seal-of-quality

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :