La collection WTF?! chez Akata !

 

Dans la quantité assez indigeste de nouveaux mangas qui sortent, il est difficile de trouver des œuvres vraiment originales mais ça, c’était avant !

Car la maison d’édition Akata vient de lancer la collection « WTF?! » et comme le nom le laisse présager, les titres proposés actuellement sont assez… particuliers…

Carte d’identité

CVT_Ladyboy-vs-Yakuzas-tome-1-Lile-du-desespoir_9041

Auteur  : 
Toshifumi Sakurai

Editeur :
Akata

Genre :
Battle-Royal Pervers

Tomes :
3 (série en cours, 5 de prévus)

Ladyboy vs Yakuzas, l’île du désespoir

 

Kôzô Kamashima est un jeune yakuza plein de potentiel. Oui, mais voila, incapable de contrôler ses pulsions, notre jeune héros a la trop mauvaise idée de coucher avec la fille ET l’épouse de son big boss. Malheureusement pour lui, tout finit par se savoir chez les mafieux… Le parrain japonais, fou de rage, décide alors de se venger, et sa punition est terrible : Il  kidnappe et fait opérer le pauvre Kôzô, pour lui retirer… ses bijoux de famille ! Devenu transsexuel malgré lui, Kôzô est ensuite envoyé sur la pire île du monde entier : l’île du désespoir absolu, où vivent reclus, des délinquants sexuels Ces derniers, privés depuis leur arrivée sur l’île de présence féminine, ont une mission… Si ils parviennent à coucher avec Kôzô, ils seront libérés ! (délivrééééééé….). Ils voient en l’arrivée de « la » pauvre Kôzô un signe du destin : Ils vont pouvoir enfin s’échapper de l’île (et accessoirement assouvir leurs pulsions sexuelles). Dès lors, commence une terrible course poursuite entre Kôzô – pas encore habitué(e) à son nouveau corps – et une bande de dégénérés fous furieux prêts à tout pour pouvoir s’échapper!

 

 

Et on en pense quoi ?

 

Fans du premier degré ? Passez de suite votre chemin ! Ici, tout n’est que prétexte à un gros foutage de gueule pervers mais totalement assumé ! Le scénario n’est que prétexte à faire une succession de blagues foireuses sur le sexe et la perversion. Néanmoins, l’histoire s’étoffe petit à petit et le second volume laisse entrevoir quelques petites subtilités (Ne vous attendez quand même à Inception hein…). Au niveau du dessin, on est dans du manga old-school, les proportions sont assez dégueulasses mais c’est un style graphique qui a l’air d’être choisi délibérément pour renforcer le ton de l’oeuvre.

ladyboy-femme
________________________________________________________________________________________________________________________________
Carte d’identité

magical-girl-of-the-end,-tome-1-466891

Auteur  : 
Kentaro Satô

Editeur :
Akata

Genre :
Délire sanglant

Tomes :
8 (série en cours)

Magical Girl of the End

 

Kii Kogami est un lycéen tout à fait classique que tout ennuie… Débonnaire, il essaye malgré tout d’apprécier la vie comme elle vient, même s’il se dit qu’elle serait peut-être un peu plus excitante s’il arrivait à sortir avec une nana sexy… Mais ça, il ne le saura jamais ! Car son quotidien va basculer dans l’horreur quand une drôle de fillette armée d’une « adorable » baguette magique, va défoncer la tête de son prof de sport dans une magnifique gerbe de sang et de cervelle ! En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, le lycée tout entier va être atrocement massacré… et les rares survivants vont devoir fuir pour survivre ! Mais hélas, c’est tout le Japon qui semble être envahi par ces magical-girls ultra-violentes et sadiques ! D’où viennent-elles ? Quelle est la véritable raison de leur apparition et… Non, tout ça, pour le moment, Kogami s’en fout ! Pour l’instant, il lui faut juste survivre ! Mais comment y parvenir quand les « zombies » qui vous poursuivent ont des super pouvoirs ?!

 

 

Et on en pense quoi ?

 

Une véritable claque ! Quand on se balade dans une librairie, on tombe des fois sur des petites pépites qui trôneront fièrement dans votre bibliothèque. Magical Girl fait clairement partie de ses œuvres. Sous une couverture totalement sanguinolente se cache un petit bijou de scénario et dessin. Alors que les trois premiers tomes ne servent d’exutoire à l’auteur pour faire exploser des dizaines de personnages de façon totalement horrible, le scénario prend une tournure totalement folle et transforme ce qu’on pensait comme une boucherie en véritable petit bijou d’écriture. Et même si il n’y avait pas ce développement de l’histoire totalement impromptu, il faut avouer que voir des magicals girls, ces monuments de la kawaïtitude, dégommer tout le monde est assez jouissif.

magicalgirl03

Nicolas

Nico, 27 ans, touche-à-tout professionnel depuis 15 ans. Je n'ai pas vraiment de spécialité, je m'intéresse vraiment à tout. (et peut-être même à ta soeur). Sinon, j'aime les FPS, les (MMO)RPG, les STR, les simulations, bref, tout ! (Sauf Dark Souls, c'est trop dur !)

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *