Captain America : Civil War

Captain-America-3-Civil-War-Cap-vs-Iron-Man-artwork

Est-ce que Captain America : Civil War est bien la claque promise ? Est-ce que le Marvel Cinematic Universe sera à jamais chamboulé ? Réponse ici !

Carte d’identité

 182814.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Date de sortie:
27 avril 2016
Réalisateurs : 
Anthony et Joe Russo
Acteurs :
Robert Downey Jr.
Chris Evans
Scarlett Johansson

Durée :
2h33

Synopsis

 

À la suite des événements en Sokovie, Steve Rogers (alias Captain America) forme une nouvelle équipe de super-héros. Après un énième incident international, l’ONU fait adopter les Accords de Sokovie avec l’aide de Tony Stark et du Général Ross. Ces accords divisent les Avengers. Certains, menés par Captain America, veulent défendre leur liberté et voient ces accords comme une forme de discrimination et une menace pour eux. Les autres, comme Iron Man, pensent que ces accords sont un garde-fou et une nécessité pour éviter les dérives de héros possédant des pouvoirs extrêmement puissants et dangereux. Par ailleurs, Steve Rogers tente d’aider son ami Bucky, qui se voit accusé de nombreux crimes.

 

 

Avengers 2.5

 

Reprenant un des arcs les plus emblématiques des comics Marvel, Captain America : Civil War était un projet ambitieux qui cristallisait énormément d’attente. Alors que l’arc, lancé par le sempiternel Mark Millar, regroupe presque une centaine de personnages et dispose de plusieurs énormes rebondissement, il était difficile d’imaginer les frères Russo réussir leur pari… Et pourtant !

Après un film à tendance vintage assez fun, une ambiance complotiste dans le second (qui parvenait à apporter autre chose que la surenchère bling-bling propre à Marvel)
Il y avait tout de même fort à craindre de ce nouvel opus qui se présentait davantage comme un nouveau chapitre d’une méga franchise avec casting all-stars, au risque de nous sortir le tapis rouge pétant des Avengers.

Le personnage charnière est aussi intéressant qu'un flan au caramel
Le personnage charnière est aussi intéressant qu’un flan au caramel

D’emblée, si vous voulez être surpris, passez votre chemin. Marvel reste fidèle à lui-même : grosses bastons entrecoupées d’INTERMINABLES scène de dialogues largement dispensables, devisant sur un nouveau sujet qui, en creux, dessine tout de même une propagande assez tendancieuse : soit la question des dommages collatéraux, question pour le moins épineuse à l’endroit des USA/maîtres du monde. Les victimes innocentes reprochent, en gros, aux justiciers bourrins d’avoir été dans l’œil du cyclone, d’où prise de conscience et la volonté de passer sous le contrôle de l’ONU. Sans que le dilemme soit vraiment réglé à la fin, on nous explique tout de même, avec des arguments lestés de vibranium, que bon, voilà, c’est quand même grâce à eux et leur sens de l’initiative au-dessus des lois qu’on vit encore dans un monde libre…

Sur le plan psychologique, on passera notre chemin, que ce soit dans les motifs à répétition du duel au sommet ou ceux, encore plus poussifs à coups de pseudo twists, du « méchant » de l’histoire, prétexte cousu de fil blanc et sans intérêt.

La réalisation quant à elle est très souvent catastrophique et gâche tout le boulot des chorégraphes par un montage au hachoir accouchant d’une bouillie presque illisible, sans aucune appréhension de l’espace ou du rythme.

Par contre, ces trois personnages sont vraiment sympas
Par contre, ces trois personnages sont vraiment sympas

On le sent bien, la préoccupation première est de justifier le grand consortium et la création de deux camps. Reconnaissons une certaine habileté dans le tissage des intrigues qui brassent à peu près tout ce que le MCU met en place depuis 8 ans, et surtout, hormis les question évoquées plus haut, une petite fraîcheur dans l’absence de trop grand sérieux.
Le meilleur exemple en est l’introduction de Spiderman, l’une des réussites du film avec Ant-Man, drôle, décalée et aussi vive que son nouveau représentant.
C’est là ce qui le sauve du naufrage total : Captain America : Civil War est un grand bac à sable, un concours de celui qui pisse le plus loin. A ce titre, la scène de l’aéroport sort agréablement du lot : à la frontière de la parodie, c’est le grand déballage, une partouze super-héroïque submergée de punchlines un peu marrantes qui joue sur la combinatoire des combats avec un plaisir communicatif. Un bon petit quart d’heure sur 2h27.

Inutile d’espérer voir véritablement évoluer ces personnages, en retrouvant les aspérités qu’ils ont dans les comics, ou en leur donnant de quoi se torturer réellement l’esprit, comme ce fut le cas dans le récent Batman V Superman : la soupe Marvel ne s’encombre pas de tels ingrédients. Captain America : Civil War n’est pas mauvais mais il n’est pas non plus bon, pas surprenant, un peu long par moment et suivant à la lettre le canevas fixé depuis maintenant 8 films du MCU, il sert surtout de bonne introduction pour le film Black Panther et l’énième reboot de Spiderman.

 

 

Les raisons d’aller voir Captain America : Civil War Les raisons de regarder Batman V Superman
Le casting ! La réalisation archi-dégueulasse
Spiderman et Ant-Man C’est redondant
Annonce peut-être les Secrets Avengers Aucune prises de risque

 

Nicolas

Nico, 27 ans, touche-à-tout professionnel depuis 15 ans. Je n'ai pas vraiment de spécialité, je m'intéresse vraiment à tout. (et peut-être même à ta soeur). Sinon, j'aime les FPS, les (MMO)RPG, les STR, les simulations, bref, tout ! (Sauf Dark Souls, c'est trop dur !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :